Sign in / Join
Voici comment Anoushka illustre un vindaye d’ourite (poulpe)… Quel talent !

Anoushka Aodhorah, une bloggeuse qui a la pêche

Son blog gastronomique, Peachy Tales, regorge de recettes locales savoureuses et de magnifiques et appétissantes photos. Anoushka Aodhorah, jeune étoile montante de la blogosphère mauricienne, ébahit régulièrement les réseaux sociaux avec des photographies époustouflantes de plats typiques, un talent qui vient de son amour pour la photographie et le stylisme. Elle a bien voulu partager avec Côte Nord sa passion pour la cuisine des îles. Rencontre.

La bloggeuse a un bel avenir devant elle.

La bloggeuse a un bel avenir devant elle.

Pouvez-vous expliquer brièvement l'histoire de votre blog?

J’ai lancé Peachy Tales en mai de l’année dernière, ce qui fait que le blog est en état de marche depuis approximativement un an. Avant cela, j’avais pour habitude de poster et de partager les photographies de mes plats sur différents réseaux sociaux. Avec le temps, les demandes pour de nouvelles recettes devenaient de plus en plus fréquentes, ce qui m’a poussée à fonder mon blog afin de tout réunir en un seul endroit. Peachy Tales est axé sur la cuisine mauricienne traditionnelle et rustique. J’essaie d’utiliser mes connaissances en photographie culinaire et en stylisme pour rendre visible la partie submergée de notre culture.

Qu'est-ce qui vous attire dans la cuisine mauricienne?

Pour moi la cuisine mauricienne est surtout une cuisine familiale, d’amour et de partage. L’un de ses principaux attraits est la richesse des influences culturelles et des différentes saveurs. On n’oublie pas la gastronomie mauricienne une fois qu’on y a goûté. C’est un amalgame de différentes traditions ethniques, où parfois tout est mélangé dans un seul plat. Notre cuisine est à la fois exotique, vibrante et rassurante, dans le sens que chaque bouchée avalée nous fait nous sentir un peu comme à la maison. De plus, tout notre amour pour notre culture et nos traditions peut être résumé en un seul plat.

Qu'apporte Internet à la gastronomie?

Je pense qu’Internet aide énormément, avec tous les différents réseaux sociaux qui sont aujourd’hui à portée de clic. La cuisine et les réseaux sociaux se marient parfaitement, et se complètent l’un l’autre. Par exemple, certains restaurants utilisent de nos jours beaucoup Instagram pour vendre leur business, tandis que d’autres se concentrent sur Twitter pour atteindre plus de gens. Au final, Internet permet d’atteindre une plus large audience que le monde réel. Donc, à mon avis, c’est surtout une question de visibilité.

Curry de fruits à pain.

Curry de fruits à pain.

4.Le fameux « cari gros pois ».

Le fameux « cari gros pois ».

De nombreux internautes ont l'habitude de poster des photos de leurs plats sur les réseaux sociaux. Pourquoi, d'après vous?

Il y a certainement de nombreuses raisons différentes qui poussent les gens à poster des photos de leur nourriture sur Internet. Pour moi, l’une des plus importantes est le marketing. Beaucoup de gens utilisent les réseaux sociaux pour promouvoir leur marque ou leurs produits. Comme je l’ai déjà mentionné, les restaurants utilisent désormais beaucoup les réseaux sociaux. De plus, tout le monde doit manger, et ce que j’appelle la « libido pour la nourriture » ne meurt jamais, indépendamment de votre âge. Peu importe où que l’on soit ou le réseau que l’on utilise, l’envie de partager un bon plat avec ses amis est souvent très forte. Une autre raison à laquelle je pense est l’attrait pour la reconnaissance, ou encore pour les récompenses. Beaucoup de compagnies demandent à leurs ‘followers’ de poster des photos de nourriture pour avoir une chance de remporter quelque chose. Donc, la possibilité d’être mis en vedette et reconnus pousse de plus en plus d’Internautes à suivre cette mode.

Le vindaye d’ourite une fois prêt, à déguster avec des faratas ou des rotis fondants…

Le vindaye d’ourite une fois prêt, à déguster avec des faratas ou des rotis fondants…

Quels sont les plats dont vous avez parlé et qui ont suscité le plus d'engouement?

Ce sont définitivement des plats mauriciens, vu que la cuisine mauricienne est la plus présente sur mon blog. Les gens ont tendance à être davantage attirés par des plats qui leur rappelle des souvenirs de leur enfance, ou certains bons moments passés à table. Pour le moment, certains de mes ‘posts’ les plus populaires étaient à propos de notre riche et fondant « cari gros pois », du  bon « rougaille dizef » (rougaille aux œufs) ou encore le succulent « cari poule masala » (curry de poulet au masala), des plats que tous les Mauriciens connaissent et apprécient. C’est le genre de plats qui ramène à la table de grand-mère ou qui rappelle les bons petits plats de maman.

Y a-t-il une recette miracle pour un post réussi sur la gastronomie?

Pour moi, c’est surtout la passion avec laquelle on réalise quelque chose qui fait réellement la différence. Quand vous mettez tout votre cœur dans un plat, cela va se voir, c’est certain. Il n’y a pas d’autre ingrédient que l’amour, même si ça peut paraître un peu cliché. Nous avons tous nos propres manières de cuisiner et nous faisons les choses de différentes manières, mais avec une bonne grosse dose d’amour, la magie se révèle forcément, et on en redemande !

Blog : www.peachytales.com

Instagram : @peachytales

Twitter : @peachytales

Photo du haut: Voici comment Anoushka illustre un vindaye d’ourite (poulpe)… Quel talent !

Laisser un commentaire

Articles de la même région

X
- Entrez votre position -
- or -