Sign in / Join
ile Plate

L’île Plate, un sanctuaire au milieu de l'océan  

Au large du Coin de Mire, au nord de Maurice, l'île Plate cache de nombreux trésors naturels. Un lagon scintillant, une faune et une flore florissantes, des plages superbes, un vieux phare, des ruines, des épaves… Embarquement immédiat pour un voyage enchanteur.

Faisant partie des plus beaux îlots entourant Maurice, l’île Plate est quelque peu victime de son succès. Ce petit coin de paradis est en effet pris d’assaut chaque matin par des hordes de bateaux charters pleins à craquer de touristes, venus profiter de la beauté incomparable de cet endroit unique.

L’île Plate et sa petite sœur, l’îlot Gabriel, sont situées à 12 kilomètres de la côte nord de Maurice. Elle fut probablement visitée pour la première fois par les Hollandais, au 17e siècle. L'île, d’une superficie d’environ 2,5 kilomètres carrés, abrite l’un des deux seuls phares encore opérationnels de Maurice. Contrairement à celui d’Albion, qui est actionné par un gardien de phare, le phare de l'île Plate fonctionne de manière automatique.

L’île Plate est une réserve naturelle. Elle compte en effet plusieurs plantes et animaux endémiques, tels que le baume de l'île Plate et différentes espèces de scinques (lézards). A l'intérieur de l'île, la nature est florissante. Le vert des plantes contraste magnifiquement avec la blancheur immaculée des quelques kilomètres de plages qui l’entourent.

ile Plate

Plage de l’île Plate, avec le Coin de Mire en arrière-plan.

Depuis l'avènement de la colonisation française à Maurice, au début du 18e siècle, l'île Plate et l'îlot Gabriel ont servi de lieux de quarantaine pour de nombreux voyageurs malades débarquant à Maurice. L'îlot Gabriel fut davantage utilisé par les Français, notamment pour les malades de la peste et du choléra. Un vieux cimetière datant du 18e siècle est encore visible du côté est de l’îlot (ce sera le sujet d’un prochain article).

Les Anglais ont, quant à eux, choisi d’envoyer les travailleurs immigrés indiens victimes d'épidémies sur l'île Plate. On peut encore y voir les ruines de la station de quarantaine. De nombreux immigrés y sont morts de la petite vérole et d’autres maux, notamment à la fin du 19e siècle. Idrice Goomany, un jeune docteur mauricien de 30 ans, y est décédé en soignant les malades, en 1891.

Malgré cette triste histoire, l’île Plate est de nos jours considérée comme un petit éden tropical. La blancheur de ses plages et la clarté du lagon furent déjà remarquées par les scientifiques de l'expédition Baudin, en 1801. “Une plage de calcaire la rend remarquable de loin, et paraît d’une blancheur éblouissante”, rapporta Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent, l’un des membres de cette expédition, dans son livre Voyages dans les quatre principales îles des mers d’Afrique.

ile Plate

L’île Plate vue de l’îlot Gabriel. En haut de la petite colline d’une centaine de mètres se trouve le phare.

La vie marine y est également florissante. Le Rocher aux Pigeons (ou Pain de Sucre), petit monticule rocheux semblant surgir des flots à l’ouest de l'île Plate, est un site de plongée renommé pour les nombreux requins qui y pullulent. De plus, le petit lagon turquoise entre l'île Plate et l'îlot Gabriel compte des centaines d'espèces de poissons tropicaux et de superbes massifs coralliens. Si vous avez un jour la chance de vous y rendre, n’oubliez pas vos masques et tubas!

Seul petit bémol: la passe donnant accès à ce magnifique lagon est réputé très dangereux. En sus d'être très étroite, elle est balayée par un fort courant et des houles traîtresses. Il arrive que des bateaux y chavirent, et plusieurs personnes y ont trouvé la mort, dont deux ces dernières années lors de malheureux accidents.

Comme mentionné précédemment, de nombreux catamarans et autres bateaux à moteur se rendent presque quotidiennement sur l'île Plate. N'hésitez pas à vous renseigner sur ces charters sur le Net avant de réserver une excursion.

 

Laisser un commentaire

Articles de la même région

X
- Entrez votre position -
- or -