Sign in / Join
Riambel Ile Maurice

Plages mythiques de l'océan Indien: Riambel

Les longues plages de Riambel sont délaissées des touristes à cause de la grossièreté du sable, mais aussi des nombreuses algues et des coraux qui y pullulent. C’est pourtant un écosystème fantastique, sans compter sur l’ambiance “létan lontan” des vieux campements en bord de mer

Riambel Ile Maurice 4En parcourant les immenses plages de Riambel, on se sent plongé dans un autre univers… Une île Maurice d’il y a 50 ans, dont le bord de mer est doté d’une luxuriante végétation et de vieux campements au charme vénérable. Nombre des campements de ce bord de mer un peu “oublié” tombent en ruine, signe du peu d'engouement suscité de nos jours par cette plage un peu trop “sauvage”.

Le sable de ces plages est plutôt grossier, composé de gros morceaux de corail pas encore tout à fait sculptés en grains par la houle et le vent. Le lagon de Riambel est en effet encore très peu touché par le développement. Il est si peu profond que rares sont les embarcations à pouvoir s’y aventurer. Seuls quelques pêcheurs parcourent à pied le lagon à marée basse, à la recherche d’ourites, de coquillages comestibles, de crevettes ou de poissons.

Lorsque la marée le permet, il est possible de marcher du rivage jusqu'à la barrière de corail. On découvre alors toute la richesse du lagon et des différents environnements qui le composent. Près du bord, règnent d’immenses herbiers où viennent paître les escargots de mer et se réfugient les juvéniles. Après avoir dépassé les herbiers, on entre dans le royaume du sable. Un sable blanc et fin, parsemé çà et là de quelques têtes de corail, coraux arboricoles, en forme de patates, corail “cerveau” et autres.

Ici, le corail est bien vivant, de formes et de couleurs fluorescentes spectaculaires. A l’orange se substituent le vert, le bleu turquoise, le mauve, le pourpre, le rouge… Plus l’on se rapproche des vagues qui rugissent sur le brisant, plus le corail est présent. Après quelques mètres, plus de sable: le sol est entièrement recouvert de coraux, signe que l’on arrive à la barrière. Ceux qui s’y aventurent doivent être extrêmement prudents, pour ne pas détruire les jeunes pousses de coraux ou se blesser en marchant sur un oursin ou un “laf”.

Riambel Ile Maurice 2

On constate depuis quelques temps une recrudescence des “bambaras” à Riambel, ces drôles d’animaux en forme de gros boudins, que l’on appelle “concombres de mer” en français. Une excellente nouvelle pour le lagon, car cette espèce est très importante pour le nettoyage du sable et du lagon. De par leurs habitudes alimentaires et leurs étonnantes fonctions, les bambaras purifient l’eau, la rendant d’une clarté stupéfiante.

La vitalité de ce petit coin oublié est aussi due à l’action continue de la houle et du courant dans le lagon. A marée haute, mieux vaut être bon nageur et bien connaître la mer pour s’y risquer. L’imprudent a vite fait de se faire emporter vers les terribles passes qui aspirent l’eau vers le large…

Laisser un commentaire

Articles de la même région

X
- Entrez votre position -
- or -