Sign in / Join
Pain Maison

Saveurs créoles: le pain maison

Petit pain rond unique à l'île Maurice, le pain maison est depuis des lustres l’une des principales nourritures des Mauriciens. Zoom sur le pain du peuple...

La tradition de fabrication du pain remonte à fort longtemps à Maurice, du temps où le pays était une colonie française (1720-1810). Par conséquent, l’on aurait pu s’attendre à ce que le pain traditionnel mauricien soit, tout comme en France ou à La Réunion, la sempiternelle baguette... Mais il n’en est rien.

Certes, la baguette existe bel et bien à Maurice, mais le pain le plus consommé par les Mauriciens, et ce, depuis des générations, est un petit pain de forme ronde que l’on surnomme “pain maison”. En général, lorsque les Mauriciens parlent de pain, c’est au pain maison qu’ils pensent. Ne dépassant pas un poids de 100 grammes, le pain maison se distingue par sa “raie” caractéristique sur le dessus.

Consommé quotidiennement par des milliers d’habitants de l'île, il est même chez certains l’une des principales nourritures. Depuis des générations, le pain maison est ainsi le déjeuner par excellence des écoliers. Les enfants le mangeaient fourré avec du achard, des tranches de cheddar, de sardines ou encore de “marmite”, une mixture noire gélatineuse, héritage de l'époque où le pays appartenait aux Anglais.

Nul ne sait d’où vient la tradition du pain maison, car il n’a, semble-t-il, aucun équivalent en France (qui est pourtant LE pays du pain) ou au Royaume-Uni, les pays dont Maurice est une ancienne colonie. Il y a une dizaine d'années, des recherches avaient été effectuées pour retracer les origines de ce pain si particulier. Sans grands résultats, hormis une piste très mince: il semblerait qu’un pain similaire existe au Mozambique.

On trouve du pain maison dans toutes les boulangeries traditionnelles mauriciennes, ainsi que dans les vieilles tabagies. Jadis, il était distribué par des “marsan dipin”, qui déposaient le pain dans des paniers en vacoas laissés à leur intention sur les grillages des jardins ou accrochés aux devantures des maisons. C’est peut-être de là que lui vient son nom: un pain que l’on livrait à la maison... La pratique existe encore de nos jours dans certaines régions.

Les antiques boutiques chinoises mauriciennes proposent toujours diverses recettes pour accompagner le pain maison: le fameux “dipin lefoi” au foie de volaille, caris et chatinis de toutes sortes, ou encore le “dipin sardine”, pain béni des travailleurs. Une autre variante savoureuse est le pain maison fourré d’un chatini de gateaux piment écrasés, accompagné de “pommes d’amour”, la tomate locale.

Bref, vous l’aurez compris, le pain maison se déguste à toutes les sauces. Depuis quelques années, cependant, sa distribution est en net recul. La faute à l'émergence de la grande distribution et des hypermarchés, qui lui préfèrent la baguette. Celle-ci est considérée plus noble et sophistiquée que le pain maison, le pain du peuple. Autre explication: les équipements plus modernes des boulangeries ne seraient pas idéaux pour la fabrication du pain maison, et demanderaient plus de main-d’œuvre.

Ceci étant dit, on annonce la disparition du pain maison depuis maintenant une bonne dizaine d'années à Maurice. Jusqu’ici, il résiste encore et toujours… Mais jusqu'à quand?

Laisser un commentaire

Articles de la même région

X
- Entrez votre position -
- or -