Rakesh-Munoruth

Château Mon Désir - Rakesh Munoruth : assiduité, passion et gloire

Il dirige la cuisine d’une des meilleures tables de l’île, reconnue tant par les visiteurs que par les locaux. C’est le chef du Château de Mon Désir, cette superbe demeure coloniale située dans le cadre improbable des ruines de Balaclava au sein de l’hôtel Maritim. Rakesh Munoruth y propose une cuisine gastronomique puisant dans les codes internationaux et français mais aussi de l’océan Indien. Modeste, il avoue que sa reconnaissance vient de son assiduité et de sa passion pour la cuisine.

Pourtant, comme beaucoup de ses pairs, le jeune Rakesh aurait pu rester dans l’anonymat d’une vie d’ouvrier dans une usine textile de Solitude, près de son village natal de Triolet. C’était sans compter sur son opiniâtreté pour faire carrière dans l’hôtellerie, en particulier dans la cuisine car il aimait voir son père et ses oncles préparer les « gajacks » typiques de Maurice. Après quelques essais infructueux, il finit, grâce à un oncle, à trouver une place de plongeur en 1991 dans le restaurant principal de l’hôtel Maritim qui vient d’ouvrir ses portes. Rakesh n’a alors que 17 ans et sans formation aucune, il ne pouvait aspirer à mieux.

Qu’à cela ne tienne, après neuf mois, il obtient la chance de devenir aide de cuisine. Un bonheur ne venant jamais seul, il sera envoyé dans la cuisine du restaurant gastronomique Mon Désir. Nous sommes en 1992 et Rakesh y restera jusqu’à ce jour. Tour à tour, il connaîtra les chefs réputés comme Christian Brau et gravira les échelons : de commis de cuisine à junior sous-chef en passant par les postes de demi-chef de partie, chef de partie et chef tournant. En 2010, un an après l’ouverture du Château, il est promu sous-chef avant d’en devenir le chef en août de l’année dernière.

Une carrière exemplaire, récompensée en de nombreuses occasions par les Awards de l’hôtel Maritim dont le suprême Star Service Award en 2014, que Rakesh explique par sa passion du travail bien fait et cette envie perpétuelle de se former au contact des chefs en visite comme le chef Harald Wohlfahrt, trois étoiles Michelin ou par des stages tant à Maurice qu’à l’étranger notamment au restaurant L’Orangerie, une étoile Michelin en Allemagne. A la clé une reconnaissance exprimée par la satisfaction des milliers de clients du Château et deux participations consécutives à l’événement mondial lancé par Alain Ducasse, Le Goût de France.

Rakesh ne cache pas qu’il est un homme heureux. « J’ai eu la chance dès le départ, de travailler avec des produits nobles que l’on ne trouvait pas à Maurice. Et je n’ai jamais eu peur de les manipuler ». Pourtant, il reconnaît que le métier est dur. « Vous ne pouvez pas faire ce métier si vous vous préoccupez de l’heure à laquelle vous allez pouvoir partir ». Il explique que depuis qu’il fait ce métier, il est un homme de la nuit. « Je dors quand les autres se lèvent, je travaille quand les autres dorment et font la fête ». Sa femme était prévenue, affirme-t-il. Ce qui ne les a pas empêchés d’avoir deux enfants et une belle vie de famille. Et même s’il ne fait rien pour l’encourager, il avoue que son fils a un penchant pour la cuisine. On ne peut que lui souhaiter la même réussite que papa.

Laisser un commentaire